S.B.O.

Société Belge d'Orchidophilie ASBL

Evènements

se_module_calendrier_94 - style=default - background=
<<   201612<201711 décembre 2017 >20181   >>201812
lu ma me je ve sa di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
94201712

Pub 1

Le genre Angraecum comprend plus de 200 espèces d'orchidées établit en 1804 par le Colonel Bory de St Vincent.
Certaines d'entre elles sont spectaculaires. Ce genre est inclus dans la tribu des Sarcanthinae. Ces espèces ne possèdent pas de pseudobulbes mais ont une tige à croissance monopodiale. Ce sont des orchidées souvent de grande taille, épiphytes, adaptées aux conditions des forêts sèches d'Afrique tropicale ou de Madagascar. Seules quelques espèces sont originaires d'Asie. Les autres s'étendent à travers l'Afrique tropicale, les Comores, les Seychelles, les Mascareignes et Madagascar, depuis le niveau de la mer jusqu'à 2000 mètres d'altitude. Elles présentent une grande diversité de taille et de forme, avec la plus grande orchidée africaine (A. infundibulare) et de nombreuses plantes naines.
Le naturaliste français Bory de Saint-Vincent est le premier à décrire une espèce du genre, l'Angraecum eburneum, en 1805 d'après un spécimen découvert sur l'île de la Réunion. Le botaniste Dupetit-Thouars va à son tour découvrir une vingtaine d'espèces nouvelles dans les deux décennies suivantes.
C'est Achille Richard qui se chargera en 1828 de publier les premières diagnoses latines pour le genre et les espèces connues alors, en partie à l'aide des notes de Dupetit-Thouars.
Etymologie :Angraecum est la forme latinisée d'Angrec, mot malgache -venant du malais angurek- qui servait à désigner ces plantes.
Ce genre étonnant abrite une vedette parmi les orchidées, très connue pour la polémique qu'elle a créée chez les biologistes lors de sa découverte: il s'agit de l' Angraecum Sesquipedale.
Découverte au siècle dernier, cette espèce a longtemps excité l'imagination des botanistes qui s'interrogeaient sur l'incroyable éperon, long de 25 cm, qui pend sous le labelle et ne contient du nectar sucré qu'à son extrémité. Quel insecte aurait pu récolter ce nectar ? Charles Darwin n'hésita pas à émettre l'hypothèse de l'existence d'un papillon muni d'une trompe longue de 25 cm.
Tollé général du monde scientifique, jusqu'au jour où l'on découvrit, à Madagascar, un papillon aux dimensions impressionnantes : 18 cm d'envergure et à la trompe effectivement longue de 25 cm. C'est à ce jour le seul pollinisateur connu de l'Angræcum Sesquipedale. Et c'est en allant chercher le nectar au fond de l'éperon qu'il se charge des pollinies.
La photo ci-dessous, vous montre le papillon. Et en allant sur notre site internet section vidéo: titre du clip « Darwin comet orchid » vous pourrez  voir  dans cette vidéo l'insecte en action ! A voir absolument!!!!!
Mais il n'y a pas que cette espèce dans ce genre, et bien d'autres Angraecum sont disponibles dans le commerce qui, eux, sont plus faciles à féconder. Si son long éperon fait de l' Angreacum sesquipedale l'une des vedettes de toute collection, il ne faut pas pour autant oublier le charmant Angreacum leonis beaucoup moins encombrant, ou l' Angreacum magda lenae plus rare encore. Peu d'hybrides sont disponibles, un des plus anciens est l'Angreacum X veitchi, créé en 1899. C'est d'ailleurs encore un des plus beaux et il se multiplie facilement en émettant de nombreux rejets tout les ans .
Quant à ceux qui s'intéressent  aux miniatures, ils seront ravis de cultiver l'Angreacum distichum qui produit quantité de minuscules fleurs blanches, au parfum de narcisse.
Culture
Peuvent être cultivés avec les Cattleyas, mais la température ne doit pas, la nuit, descendre au dessous de 13° C. Les pots, toujours bien drainés, doivent rester en rapport avec la taille; un milieu de racines d'osmonde ou de fougère arborescente, semble donner les meilleurs résultats.
Les plantes, placées dans un endroit bien aéré, en dehors des rayons directs du soleil, doivent être arrosées abondamment pendant la période végétative, et recevoir une fertilisation régulière. Serre tempérée, sauf Angraecum magdalenae qui est de serre froide.
La majorité des Angraecum se plaît à une température variant de 18 à 22°C. Certains, originaires des hauts plateaux malgaches ou des montagnes africaines, réclament un peu plus de fraîcheur. L'humidité atmosphérique doit être maintenue aux alentours de 70 % sans confinement.
Eclairage
Les Angræcum ne craignent pas la lumière abondante et apprécient même le soleil, le matin et le soir. Protégez-les pendant les heures chaudes de la journée.
Arrosage
Leur croissance est continue tout au long de l'année et les arrosages doivent être maintenus toute l'année, en ralentissant toutefois leur fréquence pendant l'hiver, quand la plante se repose un peu. Apportez-leur aussi de l'engrais régulièrement, tous les quinze jours environ, à la dose normale.
Rempotage
Le rempotage a lieu au printemps, dans un compost grossier; il est conseillé d'attendre le moment où la plante développe une nouvelle couronne de racines. Donnez à ces plantes au grand développement des pots importants qui assureront leur stabilité.
Vous aurez certainement la joie de voir apparaître sur la tige principale des rejets munis de racines. Il vous suffira alors de les prélever et de les mettre en pots pour augmenter vos effectifs.

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Powered by RS Web Solutions

Flash info

 PROCHAINE REUNION

 

Le jeudi 9 Novembre

 "PAVILLON ROODEBEEK"

Parc de Roodebeek

Woluwé St Lambert

A 19,30h

Projection

Montage

video  Basic

par CM

 

Club convivial pour

amateurs et débutants

Venez nous rejoindre

   Voir: ADHESION←clic

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
725
Hier :
1269
Mois :
13942
Il y a 10 utilisateurs en ligne

Copyright © 2017. Société Belge d'Orchidophilie ASBL - Tous droits réservés.