S.B.O.

Société Belge d'Orchidophilie ASBL

Evènements

se_module_calendrier_94 - style=default - background=
<<   201803<20192 mars 2019 >20194   >>202003
lu ma me je ve sa di
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
94201903

Pub = Liens vers les producteurs

Phalaenopsis mannii Rchb.f 1871

Origine : Inde, Sikkim, Assam, Viet-nam

Sépales et pétales jaunes ou d'un blanc jaunâtre, teintés et maculés de mauve/lilas. Labelle blanc ou un peu jaunâtre. L'appendice dressé sur le devant du callus est violacé clair. La colonne jaune et un peu striée de rouge. Légèrement parfumé.

La floraison se situe essentiellement au printemps, mais peut-être très étalée. Une plante adulte est capable de donner 5 hampes florales par an, capable de rester fleurie plus de trois mois et de supporter des températures de 7°c sans dommages. On le trouve à une altitude voisine de 500 mètres et jusqu'à 1400 mètres, toujours dans une ambiance très humide avoisinant les 90%. Les plantes se trouvent à 4/5 mètres du sol, très à l'ombre de la forêt. Il lui faut donc un peu moins de lumière en culture. Dans son habitat naturel, les température peuvent descendre exceptionnellement jusqu'au point de gelée. Peu cultivé malgré sa générosité. Cette espèce produit rapidement de rejets également très florifères.

 

Cattleya perciviliana

Originaire de : Colombie, au Venezuela. On trouve l’espèce à une altitude dépassant parfois 1200m. Il croît sur les rochers, en pleine exposition au soleil et généralement à proximité de cours d'eau. C’est une plante unifoliée de taille moyenne. Le Cattleya percivaliana a tendance à faire de multiples excroissances et a le potentiel pour créer des plantes de grand spécimen. Deux à quatre fleurs sont produites à partir de chaque gaine avec une dimension de 10 à 12cm. Les fleurs sont parfumées. Les sépales et les pétales sont de couleur rose-lilas avec un lavis d'améthyste pourpre. Il y a plusieurs variétés de couleur de l'espèce, y compris les formes alba et semi-alba.

Saison de floraison : Hiver (autour de la fête de Noël). est souvent appelé « Orchidée de Noël » à cause de sa tendance à fleurir à la fin décembre. La nouvelle croissance peut commencer immédiatement après la floraison, la plante peut se reposer jusqu'au printemps. Les gaines de fleur sont formées au cours de l'été, mais ne forment pas de bourgeons floraux avant octobre. Est de culture tempérée à chaude avec une lumière vive.

Laelia

Laelia crispilabia (nouveau nom depuis 2008 : Cattleya caulescens)
Ce Cattleya faisait partie anciennement des « Laelia brésiliens rupicoles ». Cette plante est originaire du Brésil, de l’Etat de Minas Gerais ; elle y vit à même les rochers au milieu de prairies, presque en plein soleil, à peine protégée par quelques buissons et hautes herbes.
Les conditions de la serre tempérée sont idéales : journées chaudes et nuits fraîches. Cette orchidée se cultive de préférence en pot. In situ cette plante vit dans les anfractuosités des rochers, le substrat idéal est donc composé de gravier (80 %), d’écorce fine (20 %) et d’un peu de charbon de bois ; on peut aussi y ajouter de la lave. Elle apprécie un maximum de lumière toute l’année. L’arrosage doit être régulier et abondant pendant la croissance des nouvelles pousses mais le compost ne peut pas rester humide entre les apports d’eau. Pendant la croissance on lui donnera de l’engrais régulièrement. En hiver, par contre, on la laissera un peu au repos ; on diminue les arrosages, des températures fraîches lui sont alors indispensables et on arrête la fertilisation. Le rempotage se fera tous les 2 à 3 ans lors de l’apparition des nouvelles racines.

Dracula erythrochaete

Dracula erythrochaete
L’espèce erythrochaete croît exclusivement au Costa Rica et au Panama. Elle se cultive en serre froide, en situation ombragée. On la place dans un panier ajouré à suspendre garni d’un substrat à base de sphaigne et de perlite afin de retenir l’humidité. On peut y ajouter quelques morceaux de charbon de bois pour lutter contre l’éventuelle pourriture des racines. N’ayant pas de réserve, cette plante doit être arrosée toute l’année ; le substrat ne peut jamais sécher totalement. Etant cultivée en milieu humide, il est préférable de rempoter tous les ans, de préférence au printemps lorsque les jeunes pousses se développent.
Les Dracula sont peu gourmands, voire même très sensibles aux excès d’engrais. Une humidité atmosphérique très élevée (entre 70 et 90 %) et une excellente ventilation sont indispensables. Leur feuillage est rarement beau car il est sensible aux attaques fongiques dues à une mauvaise aération et/ou des températures trop élevées. Lorsque les feuilles deviennent noires, il ne faut pas les couper ; elles tomberont d’elles-mêmes. Les floraisons (2 à 3 fleurs) sont successives sur les mêmes tiges florales ; il faut donc attendre que les tiges se dessèchent pour les couper. Il faut absolument savoir que les fortes chaleurs, l’air sec et l’excès de lumière sont fatals aux Dracula !

Flash info

 

 PROCHAINE REUNION

Le jeudi 11 Avril

à 19,30 h

 "PAVILLON ROODEBEEK"

Parc de Roodebeek

Woluwé St Lambert

Venez adhérer

4ee0450d7783e8ff60aa3df0e0f2af711

Club convivial pour

amateurs et débutants

Venez nous rejoindre

   Voir: ADHESION←clic

www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
1884
Hier :
2281
Mois :
56762
Il y a 34 utilisateurs en ligne

Copyright © 2019. Société Belge d'Orchidophilie ASBL - Tous droits réservés.