Laelia purpurata sanguinea

Laelia purpurata
Le genre Laelia compte une soixante d’espèces ; les fleurs présentent une large palette de coloris chatoyants. Ils sont apparentés aux Cattleya mais s’en distinguent par le nombre de pollinies (8 pour les Laelia, 4 pour les Cattleya). Ils sont souvent utilisés pour la réalisation d’hybrides, notamment avec les Cattleya.
Laelia purpurata est originaire des Etats côtiers du Sud du Brésil. Il vit en épiphyte dans les forêts denses, près des cours d’eau et à moins de 180 m d’altitude. Avant la collecte démesurée et la destruction de leurs habitats, on les trouvait même sur les plages dans le sable. De nos jours, on ne les voit plus que dans des endroits difficiles d’accès. Il existe plus de 150 variétés de Laelia purpurata ; toutes ont un labelle superbement dessiné et certaines sont très recherchées par les collectionneurs.
Cette plante a une forte stature, elle peut atteindre 1 m. La floraison a lieu au printemps ou en été. Elle produit un court épi floral portant de 2 à 6 fleurs.  Le labelle est pourpre foncé. L’envergure des fleurs peut aller jusqu’à 22 cm. Les fleurs sont parfumées, le parfum est proche de la réglisse.
Cette orchidée apprécie un emplacement lumineux en serre tempérée. Des différences de température marquées entre le jour et la nuit favoriserait la floraison. Du printemps à la fin de l’automne, les arrosages doivent être réguliers  mais il faut laisser sécher le substrat entre 2 arrosages. Les arrosages seront plus espacés en hiver.
Un mélange à base d’écorce de pin de granulométrie moyenne lui convient bien. On la place de préférence dans un petit pot ajusté à la taille de la plante.
On lui donnera de l’engrais 1x/2 en période de croissance et 1x/3 en hiver.
Le rempotage a lieu de préférence au printemps. On peut en profiter pour diviser la plante tout en veillant à prélever au moins 2 ou 3 anciens pseudobulbes avec la nouvelle pousse.
Les Laelia sont souvent envahis par les cochenilles qui s’installent surtout sous les bractées qui recouvrent les pseudobulbes ou à la base des feuilles dans le repli.