Physosiphon tubatus

Physosiphon tubatus

(son vrai nom d’après Kew : Stelis emarginata)
Stelis était le nom du gui dans la Grèce antique. Le genre a été nommé en référence à ce nom car ces plantes, tout comme le gui, poussent sur les arbres mais contrairement au gui, elles ne sont pas des parasites.
Le genre Stelis compte au moins 700 espèces. Ces plantes à port sympodial n’ont pas de pseudobulbes. Leurs habitats sont très variés, du niveau de la mer jusqu’à plus de 4 000 m d’altitude.
Stelis emarginata est originaire du Mexique au Pérou. Il pousse en épiphyte dans les forêts de chênes, de 1 800 à 3 500 m. Son inflorescence peut atteindre 35 cm et émerge d’une bractée en tube. Elle peut porter jusqu’à une vingtaine de fleurs de 1 à 2 cm, de couleur orange et qui s’ouvrent simultanément.
Cette espèce miniature est de préférence cultivée sur plaque de liège avec de la sphaigne si l’hygrométrie est suffisante ; on peut aussi la placer dans un petit pot. Les arrosages seront réguliers, sans réelle période de repos ; cette orchidée ne peut pas sécher complètement.
En hiver il est conseillé de cultiver cette plante à +/- 12° ; en été, il faut si possible éviter de dépasser 26°. Une atmosphère humide est indispensable. Elle se plaît à mi-ombre.
Les besoins en engrais sont peu élévés.